De l’inventaire à la mise en ligne des collections du musée français de la photographie : interview de Rémi Calzada

Le musée français de la photographie s’est engagé en 1999 dans la numérisation de ses collections et les rend accessibles en ligne depuis 2005. Rémi Calzada, directeur adjoint du musée, revient sur la façon dont a été pensé et construit ce vaste chantier en constante évolution.

 Capture d’écran de la page d’accueil du site Internet du musée français de la photographie

Situé à Bièvres, en Île-de-France, le musée français de la photographie1 a été créé en 1964 par Jean et André Fage, deux passionnés de photographie qui constituaient depuis les années 1950 une collection d’images, d’ouvrages, d’appareils photos et d’accessoires pour leur photo-club. Afin que cette collection puisse être préservée et valorisée, ils en firent don au département de l’Essonne en 1986, avant que le musée ne soit labellisé musée de France en 2003.

Suite au travail de numérisation qu’il fournit, le musée rend une partie de sa collection visible en ligne depuis 2005. Celle-ci s’étend du XVIIIème siècle à nos jours et témoigne de l’histoire et des pratiques à la fois amateures, professionnelles et artistiques de la photographie. Les internautes peuvent l’explorer à travers des expositions virtuelles thématiques, par le biais d’un atelier pédagogique destiné au jeune public, ou encore grâce à une interface de recherche permettant d’accèder aux images et descriptions des objets et photographies numérisés.

Ce résultat provient d’un long travail effectué en amont par le musée, de la définition préalable de méthodes et d’outils, de choix opérés en fonction de certains objectifs et contraintes. Rémi Calzada nous apporte de plus amples précisions à ce sujet.2

Recherche dans les collections numérisées du musée

Capture d’écran de l’interface de recherche dans les collections numérisées du musée

– Comment est né le projet de numérisation des collections du musée français de la photographie ?

Le projet est né en 1999 quand le musée a entrepris d’inventorier informatiquement ses collections avec le logiciel M3 collection, qui permettait d’intégrer une vignette basse définition, enregistrée en still video par un camescope Sony. 7000 phototypes sur plaque de verre ont été numérisés entre 1999 et 2001. Leurs poids de fichier était d’environ 10 Ko et leur définition ne permettait aucun agrandissement à l’écran.

– Quels ont été les objectifs de ce projet et comment ont-ils évolué ?

Arrivé en 2001, j’ai proposé de numériser en haute définition pour étendre les usages des images numériques d’inventaire à la conservation (constat d’état), à la reproduction imprimée, et aux usages éducatifs. Chaque numérisation entraîne une manipulation de l’objet et lui fait prendre des risques, en plus des dégradations physico-chimiques inévitables dès que l’on sort à l’air libre (polluants) et à la lumière (UV, IR) des phototypes, des documents papier ou des pièces de matériel photographique. La numérisation est par essence un moyen de limiter les manipulations des originaux pour la simple consultation. Multiplier les manipulations en multipliant les numérisations est donc un non-sens.

Un autre objectif important a été le choix d’entreprendre un grand chantier des collections, suite à l’arrêt d’un projet de construction de nouveau musée départemental, refusé par la Ville de Bièvres. Il s’agissait de mettre à profit le temps qu’allait prendre le démarrage d’un nouveau projet de construction, en rattrapant un retard important pris par l’association gestionnaire du musée jusqu’en 1995 en matière de conservation préventive, et préparer ainsi un corpus de collections « muséographiables » dans le prochain projet de musée.
Le chantier des collections demandait un effort financier très important à la collectivité : créations de nouvelles réserves, emploi de deux pools de restaurateurs, mobilisation des deux tiers de l’équipe du musée. L’idée a été d’inclure dans le process de traitement des objets leur numérisation et leur mise en ligne.

La numérisation est située au bout de la chaîne du traitement de mise en conservation des collections mais elle est au début de la chaîne de la valorisation et diffusion des collections. C’est donc un maillon essentiel.

– Quels outils ont été mis en place ?

Le logiciel d’inventaire M3 collection a été abandonné pour entreprendre un système d’information permettant à l’équipe du musée et à ses prestataires restaurateurs et numériseurs (répartis sur 3 sites à Bièvres et à Massy) d’identifier, trier, nettoyer, déménager, inventorier, numériser, reconditionner, stocker et mettre en ligne les collections.
La méthode et le matériel ont été définis après avoir suivi plusieurs stages à l’Institut National du Patrimoine et dans des organismes privés pour professionnels de l’image, ainsi qu’en s’appuyant sur deux ingénieurs-photographes (Louis Lumière), une société de développement informatique, un graphiste web et une mission de conseil confiée à un photographe-architecte de système d’information canadien.

Cela a permis de mettre en ligne une première version du site web en 2005. Ainsi, élus, direction administrative, Direction des musées de France, chercheurs, collectionneurs, donateurs, enseignants, amateurs et autres publics de l’Internet, pouvaient mesurer l’avancement du chantier en temps réel et découvrir des collections jamais montrées auparavant. Le but était clairement de faire prendre conscience de la valeur patrimoniale des collections, de leur potentiel en matière de développement culturel territorial et de la ressource éducative inégalable (au moins en région parisienne). En effet, le musée est la seule institution publique à rassembler des collections techniques, documentaires et iconographiques qui sont les trois éléments nécessaires à l’éducation aux images et faire ainsi comprendre les conditions techniques, économiques et culturelles de la production, de la diffusion et de la réception des images.
Le choix a été de mettre au plus vite le catalogue en ligne avec de courtes sélections thématiques, puis de développer ensuite le site avec une rubrique expositions – ce qui a nécessité une refonte complète du site en 2009, et enfin avec une rubrique pédagogique interactive, l’Atelier du regardeur, dédiée à l’éducation aux images.

– À partir de quels critères ont été définis les éléments concernant le traitement documentaire (champs d’indexation, langages documentaires…) : avez-vous dû par exemple respecter certaines normes de description, développer des vocabulaires spécifiques au musée,… ?

Il n’existe pas pour la photo de vocabulaire contrôlé ou de thésaurus partagé comme le Garnier pour la peinture. Il a fallu en construire, en compilant des vocabulaires développés par diverses institutions comme l’Atelier de Restauration et de Conservation de la Ville de Paris, ou publiés par des spécialistes de l’identification des procédés photo, ou encore par des collectionneurs de matériel photographique.
La rigueur des règles de saisie, l’interopérabilité des champs et des données et plus généralement la politique appliquée aux métadonnées de gestion ou de description des objets sont la clef de la viabilité et du rayonnement des reproductions numériques et des savoirs associés aux objets d’une collection.

– Votre site Web donne actuellement accès à 11 759 objets du musée, tandis que votre collection en comprend plus de 650000 – photographies, objets, ouvrages et documents techniques confondus. Selon quels critères et par qui ont été sélectionnés les fonds à numériser puis ceux à mettre en ligne ?

La collection du musée se compose de 600 000 phototypes, de 25 000 objets techniques et de documents (8000 ouvrages, 25000 revues, 100m linéaires de documentation technique).

Parmi la totalité de cette collection, 32 528 objets ont été entrés dans l’inventaire-récolement informatisé, répartis comme suit :

  • collection image : sur 600 000 pièces, 38 100 sont dans l’inventaire informatisé ;
  • collection matériel : sur 25 000 pièces, 1 410 sont dans l’inventaire informatisé ;
  • collection document : sur 8 000 ouvrages et 25 000 revues, 1 200 sont dans l’inventaire informatisé.

Enfin, 11 759 d’entre eux sont accessibles en ligne sur le site internet du musée. Ne sont pas mis en ligne les objets pour lesquels le musée ne dispose pas des droits de diffusion et les objets trop peu lisibles en raison de dégradations.

– Quelles sont les perspectives d’avenir, les améliorations souhaitées pour ces projets de numérisation et de mise en ligne ?

Il faut être honnête et reconnaître que le musée français de la Photographie n’a pas atteint le niveau qualitatif qu’il s’était fixé en matière d’homogénéité des métadonnées. Ceci en raison de la ressource humaine (temps disponible d’encadrement scientifique et technique) qui n’a pu être consacrée à l’établissement des règles de saisie, à leur adaptation aux besoins rencontrés par les registreurs du musée, à leur évolution, et au suivi de leur bonne exécution.
C’est la raison pour laquelle une mission va être confiée en 2013 à un groupe de consultants réunis par le musée pour combler les lacunes du système en matière de métadonnées.
Leur injection dans les fichiers images (et non plus par un lien unissant image et bases de données) sera l’étape suivante et le préalable à une mise à disposition des contenus numériques autonomes mais complets pour des moissonneurs, des moteurs spécialisés, des bases de données, des éditeurs papier, des réseaux de chercheurs et autres utilisateurs ou diffuseurs de données numériques.

– Qu’en est-il de la pérennisation des données et des objets numérisés ?

La pérennisation des données images, textes et vidéo produites par le musée fait également l’objet d’un chantier qui a commencé en 2010 par l’étude du modèle OAIS et la collaboration avec un groupe de chercheurs alliant les acteurs du développement du système d’information du musée et des chercheurs du Centre canadien de la recherche. L’objectif est d’adapter aux ressources financières et humaines du musée français de la photographie un modèle de système de pérennisation des données qui s’inspire des principes recommandés dans l’OAIS et par ses promoteurs du groupe PIN.

  1. Site offciel du musée français de la photographie []
  2. interview réalisée par courriel le 21 avril 2012 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.